jungle girl balancing forest

S’écouter pour avancer

« Il faut parfois revenir en arrière pour aller de l’avant…et épouser un avenir plein de promesses »

J’ai décidé de reprendre le temps pour canaliser mes énergies et écouter mes aspirations profondes. Influencée par des blogeuses prônant la méditation, le karma, je prends conscience qu’il faut que je prenne la vie avec moins de pression. Je dois cesser d’imaginer le pire, ou bien d’essayer de penser à la place de l’autre pour comprendre ses schémas comportementaux. Je dois être maîtresse de mes actions et de mes décisions, et elles doivent être réfléchies désormais. Je ne peux pas constamment agir sur des coups de tête parce qu’une situation ou quelqu’un ne me convient plus.

Je suis bel et bien à nouveau plongée dans l’inconnu, la routine en plus, l’aventure en moins. Qu’est ce que l’univers complote pour moi ? Qu’est ce qui m’attends sur ce chemin que je suis en train d’emprunter ? quels obstacles ? quels bonheurs ?

De l’extérieure, je renvoie l’image d’une personne calme. Mais à l’intérieur, ça cogite non stop pour essayer de déterminer les meilleures décisions, les meilleurs choix,  ou tout simplement pour continuer de vivre avec ce que l’on regrette  etc.

Je veux que mon « moi » intérieur soit aussi calme et apaisé que l’image que je renvoie à l’extérieure. Je dois accepter de ne pas avoir tout le temps prise sur les événements mais je reste consciente d’avoir également le pouvoir d’en provoquer certains.

Des aspirations commencent à naître au fond de moi et sont le point de rejaillir à la surface. Je ne précipite pas  leur processus de révélation , je ne les bride pas non plus. je les laisse venir à moi. J’essaie de les analyser en même temps qu’elles prennent de la place en moi.

Ces aspirations se traduisent par un changement d’air…mais différent de celui après ma rupture avec B. à la fin 2015. Cette fois ci le changement d’air n’est pas pour « fuire » une situation que l’on subit, il est d’avantage pour me permettre de construire et me reconstruire.

J’avais évoqué dans un article précédent que je devais partir à la recherche d’un lieu où je me sentirai bien pour m’ancrer. Un peu comme dans la citation de L’Alchmiste de Paolo Coehlo « Les bergers, comme les marins et les commis voyageurs, connaissent toujours une ville où existe quelqu’un capable de leur faire oublier le plaisir de courir le monde« . Je ne connais pas encore ce quelqu’un mais j’ai l’intention de partir à la rencontre de cette ville…

 

 

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s